Friday, Apr. 18, 2014

435 euros par mois pendant un an pour un millier de jeunes de l’Allier et du Puy-de-Dôme

Publié le: 4 octobre 2013

|

Rubrique:

435 euros par mois pendant un an pour un millier de jeunes de l’Allier et du Puy-de-Dôme

Le Puy-de-Dôme, associé à l’Allier, fait partie des zones retenues pour tester depuis le 1er octobre la « Garantie jeunes » voulu par le gouvernement pour lutter contre la précarité et favoriser l’insertion sociale des moins de 25 ans. Un « RSA » spécifique de 435 € mensuels qui, dans un premier temps, devrait concerner un millier de jeunes sur les deux départements.
Le candidat Hollande en avait fait une de ses promesses de campagne, le gouvernement va s’efforcer de la tenir et de l’instituer: le décret l’expérimentation de la garantie jeunes à compter du 1er octobre 2013 vient d’être publié.

Combien ? Pour qui ?
Comment ?

Depuis le 1er octobre, en effet, dix départements, sélectionnés par l’État suite à un appel d’offres, vont tester, grandeur nature, la « Garantie jeunes ». Une allocation, spéciale et temporaire, destinée au 18 -25 ans en situation de précarité afin de les aider à retrouver une formation ou un emploi.

Si personne ne veut encore s’avancer sur le nombre de jeunes Puydômois qui, à terme, pourraient être concernés par cette nouvelle disposition gouvernementale c’est, dans un premier temps, sur un « échantillon » de tout juste un millier, puisé entre Puy-de-Dôme et Allier, que vont être évaluées la pertinence de l’initiative et surtout son efficacité.

435 € mensuels pour une période d’un an

Fixée à 435 € mensuels pour une période d’un an, éventuellement renouvelable par tranche de 12 mois la « Garantie jeunes » doit permettre l’insertion dans le monde du travail (contrats aidés, emplois avenir, CDD de plus de six mois ou CDI…) ou l’entrée en formation de jeunes en situations de grande précarité.

La décision d’attribution sera prise, au cas par cas, par une commission locale composée de représentants de l’État et d’organisme spécialisés dans l’insertion sociale, après étude des dossiers fournis par les missions locales pour l’emploi. Ce sont elles, en effet, qui seront chargées d’identifier « les précaires » susceptibles de bénéficier de cette aide.

Partager cet article

Articles relatifs

Un second tour pour quelques voix manquantes
Une enveloppe de 53,9 millions d’euros pour l’entretien et la rénovation des routes
Daniel Dugléry candidat à la mairie de Montluçon

About Author

lesbellesregions

Comments are closed.

Commenter